Les missions de l’expert-comptable de demain 

Partager sur :

Aller vers le conseil pour être un « expert-conseil » était la promesse de ce 72ème Congrès de l’Ordre des Experts-Comptables ! Le conseil faisait déjà partie des missions de l’expert-comptable, mais cette partie de son travail était souvent secondaire, même si plusieurs cabinets se sont spécialisés dans cette activité. Avec la digitalisation de certains processus, l’expert-comptable se retrouve aujourd’hui soulagé de certaines tâches répétitives et chronophages. C’est l’occasion ou jamais de diversifier son offre et d’apporter un service de plus pour sa clientèle !

Pourquoi un expert-comptable et quelles sont ses missions ?

Recourir à un cabinet d’expertise-comptable, permet de garantir à l’entreprise une conformité à la loi et permet de libérer cette dernière d’une grande responsabilité surtout que l’expert-comptable est l’acteur qui connait tous les aspects réglementaires. Parmi les critères de choix d’un cabinet d’expertise-comptable, il y a la confiance, la réputation, le conseil et la connaissance du secteur d’activité. L’expert-comptable est de ce fait, le principal accompagnateur des entreprises

Pour quelles raisons faire appel à un expert-comptable ?

En plus de tenir les comptes, il apporte également son savoir-faire pour accompagner ces dernières dans plusieurs démarches. Il apporte également du conseil à ses clients. Parmi les missions réalisées par l’expert-comptable aujourd’hui on retrouve :

Les missions de production : c’est la mission principale de l’expert-comptable aujourd’hui : une part importante du CA des experts-comptables vient des missions de production dans les domaines comptable, fiscal, social et juridique. Ces missions sont classiques : il s’agit d’une externalisation d’une tâche avec peu de valeur ajoutée que les entreprises sont dans l’obligation de réaliser. A présent, la réalisation de ces missions devient fortement industrialisée, grâce aux nouveaux outils de production sophistiqués (logiciels de comptabilités, ERP, etc…).

Les missions d’accompagnement : peu répandues, ces missions consistent à aider les chefs d’entreprise dans la prise de décision et les débarrassent également des tâches administratives. Ces missions comprennent en général, un accompagnement de gestion récurrent (suivi de trésorerie, situation intermédiaire, prévisions, …). De nombreux experts-comptables pensent qu’il faut proposer plus de missions de ce genre, car elles sont similaires aux missions de production et permettent de développer le CA sans pour autant mobiliser des compétences particulières : l’équipe comptable habituelle peut tout à fait assurer ces missions.

Les missions de conseil : ce sont des missions à haute valeur ajoutée qui concernent des disciplines traditionnelles comme la comptabilité, la fiscalité, le juridique et le social. Ces missions sont majoritairement accomplies par l’expert-comptable lui-même, vu qu’elles exigent un haut niveau de compétence. Souvent facturées au forfait, ces missions sont assez rentables pour songer à les implémenter davantage parmi les services offerts par l’expert-comptable : il devient nécessaire de formaliser la démarche en vue de développer plus le conseil.

« L’expertise-comptable est une des professions qui a le chemin le plus court vers le conseil » précisait Nicole CALVINHAC au Congrès de l’Ordre des Experts-Comptables.

Le conseil représente aujourd’hui, la stratégie la plus adaptée à notre monde, qui est en constante évolution. En effet, le métier est de plus en plus concurrencé, les marges baissent, les technologies ne cessent d’évoluer, et les textes de lois demeurent souvent très complexes ! Dans ce contexte instable, rapide et complexe, le client recherche le conseil : la demande existe, et c’est le moment de saisir cette opportunité pour répondre aux attentes des clients des experts-comptables.

Le numérique engendre des gains de productivité : en effet, grâce aux nouvelles technologies, les experts-comptables consacrent moins de temps aux taches chronophage et aux complexités administratives pour passer plus de temps sur le conseil : ils sont maintenant plus prédisposés à être à l’écoute de leurs clients et entrent dans une logique de co-production de valeur avec ces derniers. Il s’agit maintenant de passer d’une stratégie centrée sur le métier à une stratégie centrée sur les clients ! Le modèle du cabinet traditionnel doit évoluer pour apporter de nouvelles missions de conseil sans pour autant abandonner les missions de base de l’expert-comptable !

Faire évoluer les cabinets actuels vers les cabinets de demain !

Telle était la promesse du dernier Congrès de l’Ordre des Experts-Comptables. Le rôle de l’expert-comptable est primordial et il doit évoluer afin de favoriser la croissance du CA et apporter plus de service pour les clients. Le principal enjeu du congrès tournait autour de la problématique suivante : guider les experts-comptables vers le chemin du conseil et leur faire savoir comment y parvenir en structurant leur activité.

Pour ce faire, il faut :

  • Donner aux experts-comptables des pistes pour faire évoluer leurs services et proposer encore plus du conseil.
  • Montrer aux experts-comptables qu’il est possible de faire du conseil tout en assurant le reste des activités classiques.
  • Montrer aux experts-comptables comment arriver à proposer le conseil : l’expert-comptable doit faire évoluer ses champs de compétences, et diversifier son activité de conseil : comptable et fiscal mais aussi légal, financier, social et même du conseil en systèmes d’information.

Maintenant il s’agit de conduire ce changement vers une mutation des cabinets tout en gardant le focus sur l’expertise et le savoir-faire de cette profession envers les entreprises. Pour réussir cette mutation et passer vers le conseil, la démarche se structure autour de 4 axes :

Le savoir-être : passer d’une équipe active à une équipe proactive. L’expert-comptable doit envisager une approche plus collaborative : il faut penser en équipe.

Le savoir-faire : passer d’une organisation traditionnelle à une organisation orientée conseil. Jusque-là, le conseil bien que présent, peine à se développer, ce qui est probablement dû à un manque d’organisation. Pour y arriver, il faut s’inscrire dans une logique de production de valeur ajoutée.

Le faire savoir : passer d’une communication « libérale » à une commercialisation d’entreprise. Il faut définir les éléments importants liés au service proposé : prix, distribution, promotion, … Il devient primordial de structurer son offre/service et de définir une démarche marketing bien claire et adaptée à l’image de son cabinet. Pour ce faire, il faut :

  • Spécifier le positionnement de l‘offre de conseil
  • Définir une politique prix des missions de conseil
  • Définir une politique de communication de l’offre de conseil
  • Une opérationnalisation de la vente de ce service

Faire : il s’agit de passer réellement des missions traditionnelles aux missions de conseil. Cette dernière étape consiste à passer à l’action surtout après avoir réalisé les trois précédentes. A présent, il s’agit d’adopter une démarche pragmatique afin de réussir à installer les missions de conseil à forte valeur ajoutée.

Vous l’avez compris, la profession évolue et pour y faire face, les experts-comptables doivent apporter plus pour satisfaire les attentes de leurs clients. Etant un acteur primordial pour les entreprises, il serait encore plus judicieux de formaliser les missions de conseil et de mettre au profit de ses clients son vrai savoir-faire.

Partager sur :
Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *